Soyez prudents avec l’automédication

Gratuit
Recevez toutes nos informations et actualités par Email.

Entrez votre adresse email:

Par définition, l’automédication est « l’utilisation, hors prescription médicale, par des personnes pour elles mêmes ou pour leurs proches et de leur propre initiative, de médicaments considérés comme tels et ayant reçu l’AMM ou l’autorisation de mise sur le marché, avec la possibilité d’assistance et de conseils de la part des pharmaciens ». Cette définition a été avancée par le Conseil de l’Ordre des médecins et a été retenue par le Comité Permanent des Médecins Européens. Bref, l’automédication est la prise de médicaments sans avis médical.

Risque de dépenses beaucoup plus importantes

En effet, l’automédication n’est pas sans risque, et ce même avec les conseils professionnels de votre pharmacien. Les risques encourues peuvent rapidement vous mener à la catastrophe en cas d’accident, tant au niveau de votre santé qu’au niveau de votre budget. Effectivement, un accident pourrait vous amener à soigner d’autres effets secondaires, et votre budget en souffrira beaucoup plus. Alors qu’une simple consultation chez un médecin pourra vous épargner tout risque et accident, et vous garantira la prise sans risque d’un médicament.

Toujours est-il qu’aujourd’hui, 85% des français déclarent avoir recours à l’automédication, s’ils n’étaient que 79% en l’an 2000. D’après une enquête menée par OpinionWay pour Doctissimo, le Doliprane serait le médicament le plus recherché par les français dans leur automédication. Après celui-ci se retrouvent la Biafine, l’Efferalgan, la Bétadine, l’Actified et l’Hextril. Mais cette étude a également montré que 51% des personnes interrogées ont déclaré n’avoir recours à l’automédication que de manière occasionnelle. Cela dit, 34% ont aussi déclaré qu’ils profitaient régulièrement de l’automédication.

Bref, c’est plutôt le manque de temps et/ou d’argent qui poussent les français à l’automédication. Pourtant, il s’agît de la santé, et vu que les dépenses risquent de devenir encore plus importantes que le coût d’une simple consultation, ne vaut-il mieux pas prévenir que guérir les éventuels risques et accidents dus à une mauvaise automédication ?

  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »
  • »